JSN Pixel is designed by JoomlaShine.com

EDITORIAL

Le 11 mai 2014, sera célébré le 25ème anniversaire du premier culte qui a marqué la naissance des « Communautés Evangéliques Indépendantes de Madagascar ». Ce premier culte a eu lieu à Tuléar, dans un contexte social et politique des plus difficiles, mais pour chacun des frères et soeurs qui y ont participé, il était rempli de foi, d’espoir et d’enthousiasme.

Avoir été participant, avec Renaud, à cette naissance, a été pour moi un moment poignant émotionnellement et lumineux spirituellement. Le Seigneur était présent et répondait aux prières et à l’attente d’une petite équipe de chrétiens malgaches qui voulaient vivre à Madagascar le livre des Actes. Notre Seigneur a répondu à la foi et à l’engagement de cette poignée de visionnaires, devenus pionniers dans l’évangélisation, l’implantation et la multiplication de nouvelles églises évangéliques à Madagascar.

 

25 ans après, il est bon de s’arrêter le temps d’un week-end, pour considérer l’oeuvre accomplie, mais aussi pour louer et remercier notre Seigneur qui a réalisé et accompagné ce miracle de sa grâce et de son amour.

C’est ce que nous partageons à travers notre lettre de nouvelles, en remerciant chacun de vous, chers amis, qui fidèlement, depuis de nombreuses années, participez à cette aventure d’amour et de foi, envers le peuple malgache.

Gilbert Presle

HISTOIRE DE LA CEIM

Dans les années 80, Madagascar vivait sous un régime socialiste marxiste et le pays était dirigé par un dictateur communiste. La pauvreté, la violence, l’insécurité régnaient partout dans le pays. C’était une période noire, les denrées alimentaires étaient rares. Les rayons dans les supermarchés étaient vides. On faisait la queue pour tout : riz, carburant, savon, dentifrice… L’économie était au plus bas. Cette situation matérielle difficile était accompagnée d’une pauvreté spirituelle. Beaucoup de gens étaient malheureux. Certains d’entre eux avaient le désir de connaître Dieu. Des frères et soeurs en Christ aspiraient à vivre une vie d’église correspondant à l’enseignement des apôtres dans les Écritures. Certains avaient déjà vécu soit en France, soit à l’île de la Réunion et savaient ce qu’était une église évangélique. De retour au pays, ils n’ont pas trouvé ce modèle dans une église locale.

Avec le recul, nous pouvons dire que la situation de ces chrétiens étaient comme au temps des Juges, au chapitre 6. À l’époque, le peuple d’Israël aspirait à une délivrance, à une autre vie. Dieu dans son amour, a entendu sa soif et a envoyé un sauveur, Gédéon.

Juges 6.7-10 : « Lorsque les enfants d'Israël crièrent à l'Éternel au sujet de Madian, l'Éternel leur envoya un prophète. Il leur dit: Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël: Je vous ai fait monter d'Égypte, et je vous ai fait sortir de la maison de servitude. Je vous ai délivrés de la main des Égyptiens et de la main de tous ceux qui vous opprimaient; je les ai chassés devant vous, et je vous ai donné leur pays. Je vous ai dit: Je suis l'Éternel, votre Dieu; vous ne craindrez point les dieux des Amoréens, dans le pays desquels vous habitez. Mais vous n'avez pas écouté ma voix. »

Comment Dieu est-il intervenu pour le pays ?

Il a choisi un Juge, Gédéon, et à travers son ministère, il a sauvé le peuple d’Israël.

Comment Dieu a-t-il répondu et exaucé la soif spirituelle des Malgaches ?

Dans les années 1984 et 1987, un serviteur de Dieu, le pasteur Maurice Decker, a apporté une formation à La Ligue pour la Lecture de la Bible. Il a parlé de l’importance de l’église locale. Cette formation a donné l’idée à quelques croyants sur place de vivre leur vie chrétienne dans une église locale.

Mais où et comment ?

Notre frère André Tabailloux, directeur de l’École Biblique à La Réunion, était conscient du besoin de ces frères et soeurs malgaches. Aussi, Dieu l’a conduit à organiser un séminaire pour tous ceux qui avaient à coeur ce projet de créer une Église Évangélique à Madagascar.

À deux reprises, notre frère André Tabailloux a sollicité nos frères Gilbert Presle et Renaud Andriafehivolarisoa pour être les orateurs de ce séminaire. Gilbert était à l’époque Président de France-Mission et Renaud Pasteur de l’église de Paris-Nation.

Ainsi au mois de Mai 1989 , un séminaire sur le thème « CE QU’EST LES EVANGÉLIQUES » a été organisé à La LLB d’Antananarivo. Une douzaine de frères et soeurs, parmi ceux qui aspiraient à une église évangélique, étaient présents, issus de diverses tendances : Eglise Reformée, Baptiste, Anglicane, Pentecôtiste. Ils sont venus de diverses régions : Diego Suarez, Tuléar, Antsirabe, Antananarivo...

Il faut souligner que ces participants ne s’étaient jamais rencontrés et ne se connaissaient pas, mais leur point commun c’était cette impulsion du Saint Esprit : mettre en place une Église Évangélique à Madagascar.

Leurs questions étaient nombreuses : Comment se déroule un culte évangélique ? Quelle différence y -a-t-il entre Évangéliques et Reformés ? Sur quelle base se fondent bibliquement les églises évangéliques ?...

Ce sont nos frères Gilbert et Renaud qui ont apporté un enseignement biblique sur le sujet. Pendant 5 jours , Dieu a manifesté sa présence et a préparé le coeur de chacun pour les conduire dans la même pensée : mettre en place ce projet qu’ils avaient tous tant désiré : une Église Évangélique à Madagascar.

Après une semaine bénie, et en ayant pu, en partie, répondre aux différentes questions, la base de la doctrine des Églises Évangéliques a été posée. Un fait mérite d’être mentionné : dans la valise des deux frères européens, il y avait, entre autre, les statuts d’Églises Évangéliques de France (les statuts de France-Mission). À La veille de la fin du séminaire, les participants ont travaillé sur ces documents et ont décidé dès le lendemain de créer une association qu’ils ont appelée : ÉGLISE ÉVANGELIQUE INDEPENDANTE DE MADAGASCAR*. Ils ont choisi les membres du bureau et nommé le Président de l’association en la personne du Pasteur Barijaona Rakotomamonjisoa. C’est ainsi que la CEIM est née... Quel beau bébé ! Ce fut un moment merveilleux .

Après le séminaire, chacun est rentré en exprimant sa reconnaissance envers Dieu, comme il est écrit dans le Psaume 126.5-6 :

Ceux qui sèment avec larmes, moissonneront avec chants d'allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, Revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes.

Gilbert Presle et Renaud Andriafehivolarisoa sont les témoins de la création de La CEIM.

Tout de suite après ce séminaire, ces deux témoins ont effectué leur premier voyage missionnaire de formation à Tuléar à 900 km de la capitale. Le premier weekend du mois de mai 1989, le premier culte de la CEIM a été célébré à Tuléar sous une véranda ensoleillée. Au programme de ce premier culte, Renaud a présidé et Gilbert a apporté le message. Nous pouvons dire que ce culte est le coup d’envoi de cette oeuvre merveilleuse de notre Dieu. Car, depuis, la CEIM a pris son envol et s’est développée jusqu’à ce jour. Le nombre des églises de la CEIM est aujourd’hui de 86 églises (Eglises pionnières, en formation ou églises majeures confondues).

C’est pour rendre gloire à notre Dieu que nos amis de Tuléar veulent célébrer ce 25ème anniversaire et invitent Gilbert et Renaud pour exprimer avec eux leur reconnaissance à Dieu.

Un autre point important à souligner : comme La CEIM avait bien démarré, les frères malgaches ont demandé à Renaud de rentrer au pays avec sa famille, pour les aider à mettre en place cette Église Évangélique. Renaud était déjà pasteur d’une église évangélique en France et avait vécu, à Paris-Nation, des multiplications d’églises. Des prières sont montées vers Dieu : cet appel vient-il de Lui ? Le Seigneur a confirmé cet appel. Suite aux prières et aux conseils des frères et soeurs, l’église de Paris-Nation a envoyé la famille Andriafehivolarisoa à Madagascar, en décembre 1990, c'est-à-dire un an et demi après la création de la CEIM.

Mai 1989 - Mai 2014 : 25 ans. En effet, cette oeuvre merveilleuse de notre Dieu mérite d’être célébrée. Car, au cours de ces années, le Seigneur a manifesté sa bonté, sa fidélité et son amour, des hommes et des femmes ont trouvé le salut et des églises se sont établies dans toute l’île.

À lui seul soit la gloire !

Chers amis, vous êtes les partenaires de la MEIM. Beaucoup d’entre vous, pendant ces 25 années, avez suivi, de près ou de loin, son évolution. C’est par votre fidèle intercession, votre soutien et votre engagement, par votre accompagnement, vos visites sur le terrain pour certains d’entre vous, et les formations par des serviteurs de Dieu, que la CEIM vit encore et vivra toujours, jusqu’au retour de notre Seigneur Jésus-Christ. Nous vous en remercions infiniment.

Un dernier point à souligner : c’est par cet élan de la CEIM que sont nées les Associations MEIM-Suisse et MEIM-France, pour soutenir les oeuvres de la CEIM. Il en est de même pour la création de l’Ecole Biblique CEFOI et le dispensaire SILOE.

La MEIM-France ayant été un instrument entre la main de notre Dieu pour soutenir cette oeuvre, non pas seulement sur le plan spirituel mais aussi par l’aide matérielle et par les conseils, elle a décidé, à l’Assemblée Générale du samedi 8 mars 2014 d’envoyer notre frère Renaud pour la représenter lors de ce 25ème anniversaire.

*Normalement, l’appellation devait être EEIM (Église Évangélique Indépendante de Madagascar), mais lorsque les frères ont déposé le dossier à la Préfecture, celle-ci a demandé de changer le nom parce que l’Église, à l’époque, n’avait pas encore 1000 membres ! D’où le changement en « Communauté ».

Renaud Andriaféhivolarisoa

 Baptême de Ruben Andriafehivolarisoa en 1997 à Ambohimangakely

Baptême de Ruben Andriafehivolarisoa en 1997 à Ambohimangakely

PHOTOS SOUVENIR

25 ANS DES CEIM

 Les jeunes lors d’un culte en 1990

Les jeunes lors d’un culte en 1990

 Visite de Gilbert Presle à Tuléar en 1994

Visite de Gilbert Presle à Tuléar en 1994

 Local de la CEIM à Tuléar de 1989 à 2003

Local de la CEIM à Tuléar de 1989 à 2003

LA VISION DES CEIM :

Une église qui se multiplie

La CEIM s’est développée rapidement par l’implantation de nouvelles églises. En 25 ans, l’église est passée de 4 noyaux d’églises en 1989 : Tuléar, Antananarivo, Diego Suarez Antsirabe à 86 Eglises en 2014.

Comment une telle croissance a-t-elle pu se faire ?

Pendant les 25 années de son existence, la CEIM a oeuvré dans les quatre grands domaines de la vie d’une église. Chaque église et chaque serviteur connaissaient le verset-clé qui est devenu le leitmotiv de la CEIM :

Actes 2.42

"Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières."

L’effort de chaque église s’est orienté vers l’évangélisation, l’étude de la Parole, La communion fraternelle et la prière…Chaque église avait, et a encore, la vision de l’évangélisation. Tous les ans, a lieu un effort national, un effort commun : la CEIM consacre une ville à Dieu en appelant cette action : « Tuléar pour Christ », « Antsirabé pour Christ », « Morondava pour Christ »… selon la ville engagée.

Cet effort motive l’église locale à continuer l’évangélisation dans sa ville. Ainsi, d’année en année, une, deux, ou même trois églises sont nées dans les régions - d’où ces 86 églises en 2014 selon le rapport du président de la CEIM Serge RAZAFINTSAMBAINA.

La formation biblique a pris rapidement une place importante au sein de la CEIM. Chaque année un séminaire était organisé pour les serviteurs de Dieu et les anciens des églises. Ce séminaire a démarré en 1991 avec le concours de nos frères d’extérieur : André Tabailloux et Camille Abbruzzese, dans un garage et à Betongolo, où il y avait une vingtaine de participants.

Ce séminaire a toujours lieu. La dernière fois, en 2012, il se tenait au Centre d’Accueil BETHEL à Ambohimangakely, et comptait plus de 90 personnes, serviteurs à plein temps et anciens des églises.

Ces séminaires de formation ont été réalisés grâce à la collaboration des oeuvres soeurs de la CEIM et des serviteurs extérieurs : André Tabailloux, l’équipe de la MEIM-France avec Gilbert Presle qui venait tous les deux ans, l’équipe de la MEIM-Suisse avec Françis Margot, et plus tard, L’ASMAF avec Colin Crow et son équipe, sans oublier le CBI de notre frère Atkins , L’ASR suisse avec Armand Heiniger , IBE Emmaüs avec Marc Lüthi, Daniel Arnold et Jacques Blandenier et ASF de notre frère Markus Jacob, et tant d’autres.

En 1992, l’école biblique LE CEFOI (Centre Évangélique de Formation de l’Océan Indien) est mise en place pour former des serviteurs à être des pionniers , des pasteurs ou de simples serviteurs selon la vocation de Dieu, et il fut suivi d’une école de disciples à Fianarantsoa puis à Tuléar. C’est pendant ces 25 ans que le premier congrès de la CEIM a eu lieu en 2005, à Antananarivo, et en 2010 à Fianarantsoa. Dieu voulant, le troisième Congrès de la CEIM aura lieu en 2015 à Tuléar.

Le temps nous manque pour évoquer les bienfaits de Dieu mais nous pouvons conclure en disant comme l’apôtre Paul :

Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu.

1 Corinthiens 3.9

Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun. J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître. Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail.

1 Corinthiens 3.5-8

Loué soit Dieu pour son oeuvre merveilleuse au sein de la CEIM !

L’oeuvre continue et une nouvelle génération se lève. Dieu va continuer à bénir La CEIM car l’Église lui appartient. C’est Lui-même qui a dit :

« Sur cette pierre, je bâtirai mon église » Matthieu 16 :18

... et Éphésiens 5.23

«...Christ est le chef de l’Église, qui est son corps et dont il est le Sauveur. »

Renaud Andriaféhivolarisoa

NOUVELLES DES MICROCRÉDITS

Depuis notre dernière lettre de nouvelles, les choses ne se sont pas passées comme nous l’aurions voulu. Les projets de Diogo-Suarez (fabrique de paniers et de chaises pliantes) ont dû être abandonnés à cause de problèmes au sein de l’église CEIM de cette ville. Après une période difficile, l’église se remet petit à petit de l’épreuve, et ses responsables ont proposé un autre projet qui sera soumis au comité de décision. La deuxième coopérative de pêche d’Ambahy, les coopératives de transport et celle de l’atelier mécanique n’ont pas fini de rembourser selon les termes du contrat. Nous sommes en correspondance avec les responsables sur place pour les encourager à être ferme quant au respect des engagements pour que ce service puisse continuer à soutenir de petits artisans.

Nous sommes donc dans l’attente que les crédits soient entièrement remboursés avant de nous engager financièrement dans le soutien d’un nouveau projet. Nous vous tiendrons au courant de la situation pour que ceux de nos lecteurs qui ont soutenu les projets de Diégo sachent à quel projet leurs dons seront affectés. Nous vous remercions de bien vouloir prier pour que la situation soit débloquée et que nous puissions à nouveau aller de l’avant dans ce service.

Dany Pegon

PROGRAMME DU VOYAGE DE RENAUD

Du 30 avril au 2 juin 2014

Mercredi 30 avril 2014 : DÉPART

Du 01 à 03 mai : Antananarivo

Du 05 au 11 mai : 25ème anniversaire des CEIM à Tuléar

Du 13 au 17 mai : Formation à l’école de disciple aux environs de Tuléar

Du 18 au 19 mai : Saint Augustin

Du 21 au 22 mai : Fianarantsoa

Du 23 au 24 mai : Ambositra

Du 25 mai au 02 juin : Antananarivo

Lundi 02 juin : RETOUR

 

JSN Pixel is designed by JoomlaShine.com
  • France MissionFrance Mission
    Bâtir des églises qui se multiplient
  • Réseau FEFRéseau FEF
    Réseau Fraternel Evangélique Français
  • ASAH : Association au Service de l'Action HumanitaireASAH
    Association au Service de l'Action Humanitaire

Visiteurs

Aujourd'hui31
Hier35
Cette semaine148
Ce mois441
Total72521
JSN Pixel is designed by JoomlaShine.com